mardi 24 février 2009



NOIR
La couleur noire entrait dans ma vie il y a environ 25 ans, non par le biais d'un deuil, fort heureusement, mais par l'observation de comédiens dont j'admirais l'élégance naturelle.

Bien sûr, j'écoutais avec beaucoup d'attention leurs discours, j'étudiais leurs gestes, leurs intonations. Il faut dire que le théâtre et le cinéma étaient mes refuges d'enfants.

Mais au delà de l'aspect purement technique de mon admiration, résonnait en moi l'appel discret mais entêtant de l'identification à ceux, qui pour moi représentaient la liberté d'être.

Il émanait de leur personne une sorte de bonheur intérieur (parfois tourmenté par les affres de la création), mais une telle aisance dans la relation à l'autre, une réflexion intense traduite bien souvent, par de longs et énigmatiques silences. Tout cela me fascinait.

D'où pouvait bien venir cette attraction qu'ils exerçaient sur moi ?

Et puis un jour, le flash... la couleur NOIRE s'est imposée. Pourquoi ?

Hé bien, parce que le noir était l'essentiel de leur garde robe. Une sobriété dans l'allure générale, qui, à mes yeux, les magnifiait, et en même temps les dramatisait (au sens théâtral du terme).

Ce qui m'attirait, c'était cette couleur.
D'aucun diront que le noir n'est pas une couleur.
Bien au contraire, c'est LA couleur. Celle qui met toutes les autres en valeur, celle qui NOUS met en valeur.
Celle du code social, celle des excentricités comme celle de la pudeur.

Et je décidais ce jour là, de quitter définitivement le bleu marine qui me servait d'uniforme depuis ma plus tendre enfance, pour endosser le costume de l'intensité, et enfin devenir quelqu'un que l'on écoute.

Me croirez-vous si je vous dis qu'effectivement, je me suis sentie...différente...plus à l'aise, je ne suis pas sûre, malheureusement, que l'on m'ait plus écoutée, mais on m'a peut-être plus entendue...

Et, à mon tour, à mon grand étonnement, j'ai intégré la grande famille du théâtre quelques années plus tard.

A quoi tient le bonheur !

Pour cette ronde, j'ai pris la main de BNBB et je donne la mienne à Cléa.
Ces deux petits anges sont pour mon père qui les adorait. I miss you so much.








17 commentaires:

Anonyme a dit…

il est vrai que le noir dans l'expression corporelle n'a pas son pareil. Petite, j'étais en admiration devant le mime marceau, tout de noir vêtu avec son visage blanc qui me fascinait.bab

MinnieM a dit…

les petits détails de la vie... merci pour ton texte, très joli. je vais l'imprimer pour la miss, ça devrait lui plaire !

Anonyme a dit…

mais si on t'écoute, belle dame en noir et ta parole nous est précieuse....
Paisible

Francoise a dit…

je te rejoints totalement lorque tu dis que le noir n'est pas une couleur mais c'est LA COULEUR qui donne leur sens à toutes les autres, qui les subliment !
merci pour ce rappel ...

Glycérine a dit…

Ton noir est superbe !
Merci

La Viscountess a dit…

beau noir, si discret et excentrique à la fois!!!!!

MyriamMamantoine a dit…

dES MOts magnifiques pour décrire l'intensité de ton noir, mais je le comprends parfaitement. Bonne ronde

Anonyme a dit…

Tes anges sont magnifiques ! bisous. Framboisine

Bulle a dit…

Jolie histoire que la tienne.
Si je porte du noir (un peu), c'est en effet pour faire ressortir les autres qui m'attirent beaucoup plus !

cereluna a dit…

Joli ton texte, j'aime beucoup ton histoire.Tu nous montre ton têatre?

tournesol(san) a dit…

merci pour ce morceau de vie
comme quoi rien n'est du au hasard finallement...ou au contraire tout

Anonyme a dit…

Si tu es aussi bonne actrice que narratrice, quel régal pour les spectateurs ! A mardi la tortue

rafy a dit…

tres beau texte...

many a dit…

J'avais zappé involontairement ton blog, et je t'en demande bien pardon car je trouve ton texte sublime. Ta définition du noir est fantastique. Je suis sous le charme, dorénavant je ne manquerai plus d'aller te rendre visise

cricri a dit…

C'est une très belle dimansion du noir que tu partages avec nous, merci d'élargir ma vision du noir, tu as raison, merci, gros bisous, Cricri

cricri a dit…

dimension avec un E !!!

Pascale a dit…

Dire que j'ai failli loupé cette sublime évocation du noir....merci.